par AdventureSmart.

Que votre activité se déroule en été ou en hiver, sur terre ou sur l’eau, partout au Canada, rappelez-vous les trois P et suivez les étapes.

Plan
de route

Préparation
par la formation

Possession de l’équipement essentiel

Plan de route

  • Planifiez votre itinéraire de route

  • Connaissez le terrain et les conditions

  • Vérifiez la météo

  • Remplissez toujours un plan de route

Le Canada est un pays d’extrêmes – montagnes escarpées, eaux scintillantes, forêts tropicales luxuriantes, vastes prairies, glaciers givrés, côtes étendues. Bien que les paysages du Canada soient d’une beauté à couper le souffle, le pays accueille également des terrains, des conditions météorologiques et une faune imprévisible et potentiellement dangereuse.

Nous partons rarement à l’aventure en plein air en nous attendant à ce que quelque chose tourne mal, et, la plupart du temps, tout se passe bien. Cependant, lorsque l’inattendu se produit, votre investissement dans la sécurité du voyage peut faire la différence entre un résultat positif et une statistique.

La raison pour laquelle vous devez établir un plan de route et le laisser à une personne de confiance est que quelqu’un saura où commencer les recherches si vous ne revenez pas à l’heure prévue. Si vous confiez un plan de voyage à un ami, assurez-vous qu’il en connaît la raison et expliquez-lui l’importance de son rôle.

Le plan de route doit répondre à toutes les questions de base (parfois connues sous le nom de 5 W et H), car toutes ces questions seront posées par un responsable qui lancera une recherche.

  • QUI ? Veuillez fournir les noms et une description détaillée des membres de votre groupe, ce qu’ils portent, leur équipement, leur formation et leur expérience, leurs conditions médicales, les personnes à prévenir, etc.
  • QUAND ? Il est important de préciser quand vous partez et quand vous prévoyez de revenir de votre voyage. Si vous n’êtes pas de retour à l’heure ou au jour prévu, c’est ce qui déclenchera une intervention d’abord de la part de votre ami puis de la R-S. Il est bon de prévoir une marge de temps pour les petits incidents et pour la possibilité que vous ayez sous-estimé le temps que peut prendre votre voyage.
  • POURQUOI ? Indiquez le but de votre voyage et le mode de transport que vous utiliserez (par exemple, randonnée d’une journée, nuitée, ski, escalade, cueillette de champignons, etc.)
  • OÙ ? Indiquez les endroits précis de la région dans laquelle vous vous rendez, ainsi que l’itinéraire prévu jusqu’à votre destination. Il est également bon de fournir un itinéraire alternatif.
  • QUOI ? L’équipement et les fournitures que vous avez avec vous aideront les chercheurs à savoir ce qu’ils doivent chercher, ainsi qu’à déterminer votre niveau de préparation en fonction du terrain et des conditions météorologiques.
  • COMMENT ? Indiquez comment vous vous rendez au point de départ et au point d’arrivée de votre voyage. De nombreuses recherches commencent au véhicule du sujet.

La planification d’un effort de recherche et de sauvetage commence par l’évaluation de la destination du sujet, de son itinéraire probable et de son emplacement probable. La meilleure chance de sauvetage se trouve à proximité de l’endroit où vous vous êtes perdu au départ. À une distance de 1 km de votre itinéraire prévu, la zone de recherche est de 3,1 km carrés. À 3 km de votre itinéraire, elle est de 28 km carrés et à 10 km, elle est de 314 km carrés ! Par conséquent, si vous respectez votre plan de voyage et que vous vous trouvez à proximité de l’itinéraire prévu, vos chances d’être retrouvé sont bonnes.

Avez-vous rempli un PLAN DE ROUTE et l’avez-vous envoyé à un ami ou à un membre de votre famille?

Il est extrêmement important de remplir un plan de route. Il explique votre destination, l’itinéraire, l’équipement et l’heure de retour prévue. Il s’agit d’une information essentielle pour aider les autorités à vous rechercher en cas d’urgence.

Si personne ne sait que vous vous êtes perdu, personne ne vous cherchera.

Avec l’application du Plan de route AdventureSmart, vous pouvez facilement créer des plans de trajet et les envoyer à votre famille et à vos amis. L’application est disponible gratuitement sur l’Apple Apple App Store, pour les appareils iOS et sur Google Play pour les appareils Android, et peut également être consultée à partir de n’importe quel navigateur Web.

Préparation par la formation

  • Obtenez les connaissances et compétences nécessaires dont vous avez besoin.

  • Connaissez vos limites et restez dedans.

AdventureSmart est un programme national destiné à encourager les Canadiens et les visiteurs au Canada à « s’informer et à aller dehors ».AdventureSmart combine la sensibilisation en ligne et sur site avec une sensibilisation ciblée pour essayer de réduire le nombre et la gravité des incidents de recherche et de sauvetage.

Possession de l’équipement essentiel

Dans notre récit édifiant, Jo «A» et Jo «B» ont le même début de leurs aventures, encore un résultat allait clairement à être plus heureux (et plus confortable) que l’autre. Prenant l’essentiel était la principale raison de cette différence.

Quels sont les éléments de survie pensez-vous devrait être transporté dans votre sac pour toutes les aventures en plein air, si la durée est de quelques heures ou plusieurs jours? Ce ne sont pas des pièces spécialisées (et souvent indispensable) d’équipement que vous souhaitez apporter à votre activité donnée (skis, un kayak, ARVA, etc), ils ne sont pas les éléments que vous souhaitez emballer spécifiquement pour un voyage de camping (tente, sac, etc) de sommeil, mais ils sont les éléments de base de survie, vous devriez avoir dans n’importe quelle situation en plein air.

Lampe de poche, piles de rechange et ampoule

Un grand nombre de nuits non planifiées pourraient être évitées en transportant une lampe de poche ou une lampe frontale. Souvent, une personne qui a besoin de secours ne s’est pas perdue au départ, mais a simplement manqué de lumière du jour et n’a pas pu retourner à sa voiture ou au point de départ du sentier. Une fois qu’il fait nuit, les chances de se perdre sont plus grandes. Bien que nous ayons tous une certaine vision nocturne, nous sommes beaucoup plus vulnérables une fois la nuit tombée. Sans source de lumière, il peut être dangereux de se déplacer la nuit.

Trousse de fabrication de feu - allumettes/ briquets étanches, allume-feu/bougie

Cela peut être vital pour rester suffisamment au chaud à l’extérieur lors d’un changement de temps, d’une blessure ou d’une nuit imprévue. Le feu peut être utilisé pour fournir une chaleur essentielle, sécher les vêtements, cuire les aliments, signaler, faire fondre la neige ou bouillir de l’eau insalubre, éloigner les animaux. De plus, le feu peut donner un important coup pour remonter le moral des troupes. Les avantages du feu pour la survie ne sont pas seulement physiques. Il est important de s’entraîner avec des objets qui font du feu, et de ne pas sous-estimer l’habileté nécessaire pour allumer un feu, surtout par temps humide.

Dispositif de signalisation - Sifflet ou miroir

Un sifflet ou un miroir de signalisation peut augmenter vos chances d’être entendu ou vu. Il faut beaucoup moins d’énergie pour souffler un sifflet que pour crier, et le son porte plus loin. Un miroir de signalisation est le dispositif qui permet d’observer plus de sujets de recherche et de sauvetage par avion que tout autre type de signal. Lors de véritables sauvetages, un miroir de signalisation a été repéré depuis un avion de sauvetage à plus de cinq miles de distance.

Nourriture et eau supplémentaires (1 litre/personne)

Parfois, un voyage peut durer beaucoup plus longtemps que prévu, et le fait de disposer de nourriture et d’eau supplémentaires peut faire la différence entre un séjour prolongé et une situation de survie. Les activités de plein air requièrent de l’énergie, et un supplément de nourriture peut nous donner le coup de pouce dont nous avons besoin pour nous sortir d’une situation imprévue. L’eau est encore plus importante, et le corps en a besoin plus que la nourriture. Une perte de 10 % du total des fluides corporels entraîne une perturbation importante des fonctions corporelles; une perte de 20 % entraîne généralement la mort. Dans des circonstances « normales », une personne ne peut survivre que 3 minutes sans air, 3 jours sans eau, 3 semaines sans nourriture.

Vêtements supplémentaires (pluie, vent, protection contre l'eau et tuque)

L’importance d’apporter des vêtements supplémentaires ne peut être sous-estimée, et pourtant, souvent, les gens n’ont pas apporté suffisamment de vêtements pour se tenir au chaud dans des conditions changeantes. Même en été, les températures peuvent varier considérablement en fonction du terrain.
Les gens se trompent souvent sur les conditions qu’ils vont rencontrer parce qu’ils ne regardent que le temps qu’ils voient devant eux. L’hypothermie est un risque sérieux si vous ne vous préparez pas à survivre à une détérioration inattendue des conditions météorologiques.

Aides à la navigation/communication

Emportez un nombre minimum de cartes et une boussole. Un récepteur GPS (système de positionnement mondial), un téléphone portable, un téléphone satellite et une radio portative – tous avec des batteries complètement chargées – sont également des outils précieux. Sachez comment utiliser ces appareils, mais ne vous y fiez pas outre mesure et emportez des piles supplémentaires. De nombreux gadgets ont été trouvés sur des cadavres.

Trousse de premiers soins - sachez l'utiliser

Il est conseillé aux voyageurs en plein air de suivre un cours de premiers soins. Il n’y a pas de 9-1-1 dans la nature, et l’autonomie est importante. Les cours de premiers soins en milieu sauvage enseignent cette autonomie lorsqu’on est loin de l’aide.

Abri d'urgence

Apportez toujours une bâche orange et une couverture d’urgence. Celles-ci peuvent également être utilisées comme dispositifs de signalisation et peuvent être très utiles pour créer un abri de fortune afin de garder une personne au sec. Cela peut faire la différence entre souffrir d’hypothermie ou non.

 

Couteau de poche

Un couteau est un outil de survie important, et peut être utilisé pour aider à la construction d’abris, à la collecte de bois de chauffage et à un certain nombre d’autres choses.

Protection solaire

La protection solaire comprend des lunettes, de la crème solaire et un chapeau. L’exposition au soleil peut entraîner une hyperthermie une déshydratation et des brûlures. Dans les environnements brillants comme les champs de neige, elle peut également entraîner la cécité des neiges. Ces conditions peuvent être douloureuses, dangereuses et débilitantes.

Résumé des éléments essentiels

  • Lampe de poche

  • Kit pour faire du feu

  • (appareil de signalisation, i.e. Sifflet)

  • Nourriture et eau supplémentaires

  • Vêtements supplémentaires

  • Aides à la navigation / à la communication

  • Trousse de premiers soins

  • Abri d’urgence

  • Couteau de poche

  • Protection solaire

Conseils de trajet

Ayez toujours un moyen de communication

Envisagez d’emporter un appareil compatible avec votre activité et votre lieu de résidence pour appeler ou alerter d’autres personnes en cas d’urgence. N’oubliez pas que si vous êtes en danger, vos chances de réussite augmentent si votre appel est passé le plus tôt possible.

Soyez prêt

Assurez-vous que toutes les personnes qui vous accompagnent comprennent ce qu’il faut faire en cas d’urgence.

Ne dépendez pas uniquement de la technologie

Les défaillances de l’équipement et le manque de réception sont très possibles à l’extérieur. Envisagez d’emporter une carte et une boussole en guise de secours.

Familiarisez-vous avec votre équipement

Connaissez les capacités et les limites de l’équipement que vous prévoyez d’utiliser comme ligne de vie pour votre survie.

Faites savoir à quelqu'un où vous allez

Envoyez toujours votre plan de route à un responsable, un membre de votre famille ou un ami. Ils peuvent avertir les autorités si vous ne revenez pas.

Ne dérogez pas du plan

Tout au long de votre activité, respectez le plan de route que vous avez laissé avec un ami ou un membre de votre famille. Si vous ne revenez pas comme prévu dans votre plan, celui-ci peut être remis à la police et aux organismes de recherche et de sauvetage pour les aider à vous retrouver.

Voyagez avec un compagnon

Un compagnon peut vous donner un coup de main pour surmonter les difficultés ou les urgences.

Il ya foule de ressources existent sur le sujet, des vidéos de 20 minutes au cours de plusieurs jours, l’une a abouti à un solo de deux jours équipé que d’un couteau. La clé de tous est de sortir et de pratiquer réellement les compétences. Savez-vous comment utiliser votre carte et une boussole? Pouvez-vous allumer un feu avec un foret à archet dans la nuit, quand vous êtes stressé, sous une pluie? Les chances que cela sont assez faibles si vous n’avez jamais pratiqué dans des conditions favorables. Une chose que toute la littérature sur le sujet est d’accord sur c’est que l’aspect le plus important de la survie est dans nos têtes.

Tom Brown, directeur de la célèbre Tracking, Nature et Wilderness Survival School, est un professeur de renommée mondiale, des techniques de survie. Dans un de ses nombreux guides sur la survie en plein air, dit-il, «Il est vrai de dire que l’outil de survie le plus important est l’esprit. Mais pour maintenir le fonctionnement de l’esprit en douceur, vous devez établir et de maintenir une attitude positive. Attitude peut faire la différence entre la vie et la mort « .

 

Soyez prêt pour vos loisirs choisi

Être suffisamment en forme pour tenir la distance demande une préparation physique. S’en tenir à votre délai d’exécution. Prenez l’équipement approprié, avoir un plan de voyage et utiliser référence et des guides.

Santé

Lentement travailler à de nouvelles activités. Vous pouvez en apprendre beaucoup sur les niveaux de difficulté ou d’un engagement de référence ou des guides. Comme vous devenez plus capable dans votre activité choisie, vous serez mieux équipé pour estimer les temps de déplacement. Soyez prudent pour commencer, et toujours vous donner beaucoup de temps pour la partie de retour de votre voyage. Être prêt signifie également être prêt mentalement. Demandez-vous: « Que ferais-je ici dans une situation de survie? » Un autre aspect de se préparer est d’être capable d’évaluer vos propres compétences, y compris la capacité physique et techniques de plein air telles que la lecture de carte et l’itinéraire-découverte.

Plus sur le santé

Grant Cromer, Campbell River SAR, affirme que l’incapacité à évaluer correctement ses propres compétences peut transformer un voyage en plein air dans un incident SAR.

« Chaque année, nous faisons 3-5 sauve de Strathcona Park, utilisant des hélicoptères et souvent civières pour sauver des gens qui ont surestimé leur capacité ou sont le maillon faible dans la partie de la randonnée. Je ne peux même pas compter le nombre de fois où nous ont sauvé des personnes qui, après débriefing, tous ont dit la même chose, ‘Le livre dit qu’il ne prendrait 2-3 jours !’ »

« Ce sont les mêmes personnes qui ont la carte faibles capacités de lecture et ne tiennent pas compte des caractéristiques du terrain, les conditions météorologiques ou d’autres événements imprévus. Beaucoup de gens ne comprennent pas la différence entre un sentier un sentier désigné bien défini marquée habituellement maintenue pendant publique accès, et un parcours un parcours indéfini, souvent banalisée, potentiellement envahis ou inexistante ce qui nécessitera la navigation en utilisant la carte et d’une boussole et géo référencement. »

Grant rappelle également amateurs de plein air avec des conditions médicales, comme des problèmes cardiaques, diabète, asthme, etc pour être particulièrement conscients du stress supplémentaire qu’une nouvelle activité de plein air peut être sur le corps, et de procéder avec prudence. En outre, apporter tous les médicaments quotidiens. Un voyage qui prend plus de temps que prévu peut finir comme une situation d’urgence si les médicaments importants sont oubliés.

Équipement adéquat

Par temps froid, la meilleure façon de rester au chaud est de piéger propre chaleur de votre corps et en l’utilisant comme isolant. En outre, vous voulez éviter de tomber humide à partir de votre propre transpiration et garder la pluie et le vent. La meilleure façon d’y arriver est de porter des couches.

Plus sur les vêtements
      • Couche de base: La couche la plus intérieure est essentielle parce que c’est directement en contact avec votre peau. Couches de base (également connu sous le nom des sous-vêtements) doivent transporter l’humidité de la peau et disperser les couches d’air ou extérieure où elle peut s’évaporer. Parce que l’eau est un bon conducteur de chaleur, les vêtements humides attirent précieuse chaleur de votre corps. Même dans les conditions ci-dessus congélation, cette perte rapide de la chaleur peut provoquer une baisse dangereuse de la température centrale du corps.

        Les meilleurs matériaux de la couche de base sont synthétiques (polypropylène et polyester). Ce sont légers et résistants, absorbent très peu d’eau, et sont prompts à sécher. La soie est belle et fraîche sur la peau quand il fait chaud, mais ce n’est pas un excellent choix pour des conditions hivernales. Vêtements sans couture ou plate-couture à plat et ne pas appuyer dans votre peau sous un baudrier ou un pack. Couches de base doit être bien ajusté, sans être contraignant.

        Couches de base sont disponibles dans les poids légers, moyens et lourds. Couches légères d’activité aérobie de costume où la dispersion de la transpiration est primordiale. Sous-vêtements mi-poids permet un contrôle de l’humidité et d’isolation pour les activités stop-and-go. Couches lourds sont les meilleurs dans des conditions très froides, ou lorsque vous êtes relativement inactif.

      • Couche intermédiaire: la couche intermédiaire assure une isolation continue et le transport de l’humidité à partir de la couche interne. Pour ralentir la perte de chaleur, cette couche doit être capable de retenir la chaleur générée par votre corps. Laine et synthétique sont bien adaptés à ce que la structure des fibres crée des petits espaces d’air que les molécules de piégeage d’air chaud.

        Des fonctionnalités supplémentaires, telles que des glissières aux aisselles et des fermetures éclair avant pleine longueur, permettent la ventilation. Comme avec la couche interne, cette couche doit être ajusté sans serrer.

      • Couche externe: La couche extérieure vous protège contre les éléments et devrait permettre à l’air de circuler et l’excès d’humidité de s’échapper. Par temps sec, une coquille respirante (non couché) du vent ou d’une coquille souple à surface lisse peut être tout ce dont vous avez besoin. Si vous vous attendez à des conditions à être plus sévère, un imperméable (couché) veste de pluie pourrait être suffisante. Une coque faite d’un tissu imperméable et respirant, comme Gore-Tex ®, vous protéger du vent et de la pluie, et permettre à la vapeur d’eau de s’échapper. Quand il fait chaud, vous voulez choisir des vêtements pour vous protéger contre les rayons brûlants du soleil, ainsi que de faire usage de votre sueur pour se rafraîchir.

    • Chaussures: chaussures de plein air spécialisée n’est pas seulement pour les alpinistes et les randonneurs. Que vous soyez lacer pour une course de trail rigoureuse ou un après-midi amble, la chaussure droite peut améliorer votre confort et votre sécurité. Contrairement aux routes et les trottoirs, voire des sentiers bien entretenus peuvent être rocheux, racineuse, et rouler. Votre chaussure doit fournir un soutien contre les irrégularités de torsion des chevilles, protège contre l’impact pieds ecchymoses des débris de piste, et peut-être versé boue, la pluie ou la neige.

      Merci à de nouveaux matériaux et procédés de production, de grands progrès ont été réalisés dans la légèreté et le confort des chaussures de randonnée. Développé à l’origine pour répondre aux besoins des utilisateurs arrière-pays qui veulent aller de léger et rapide, certaines de ces innovations ont été incorporées dans l’alpinisme et randonnée bottes régulières.

Autre équipement

Chaque sport ou une activité peut avoir ses propres importantes pièces d’équipement. Touring en hiver, par exemple, exige engins de sauvetage avalanche, y compris une balise, pelle et sonde. Les sports nautiques ont leur propre liste de produits essentiels. La plupart des amateurs de plein air pourraient inclure une sorte de kit de réparation pour faire face aux problèmes d’équipement là-bas, et du ruban adhésif semble être un choix unanime parmi les experts comme un élément fondamental de la trousse de réparation.

Ayez toujours les essentiels

Si nécessaire, être prêt à rester en dehors du jour au lendemain. Une lampe de poche. Beaucoup de gens se perdent à cause de l’obscurité. Comme Wayne Merry, gourou SAR et pionnier de l’alpinisme dit: « Si vous n’avez pas ce dont vous avez besoin avec vous, c’est une situation de survie Si vous l’avez, c’est un voyage de camping. »

Compléter un plan de voyage et le laisser avec un ami

Le plan de voyage explique votre destination, l’itinéraire que vous prenez, qui est dans le groupe et votre date de retour. Si vous ne retournez pas comme prévu, l’ami avec qui vous avez quitté le plan de voyage peut donner forme à la police pour lancer une recherche.

Ne jamais partir seul en randonnée avec un groupe et garder ensemble

Voyage à la vitesse de la personne la plus lente. Si une personne se sépare, ils sont plus susceptibles de se perdre. Si vous faites une randonnée seul, être au courant des risques accrus et toujours dire à quelqu’un où vous allez !

Ne paniquez pas!  Maintenir une attitude mentale positive si vous devenez perdu 

Être perdu n’est pas dangereux si vous êtes prêt. Rappelez-vous – si vous avez ce qu’il vous faut, c’est un voyage de camping !

Physiology et la psychologie « LOST »

Pour comprendre l’importance de la phrase simple, « ne paniquez pas, » nous avons besoin de regarder les aspects physiologiques et psychologiques de la peur, et aussi de comprendre le syndrome spécifique associé au fait d’être perdus en plein air, appelé « bois choc. » Plus nous comprenons ce qui pourrait arriver dans nos corps et dans nos esprits, plus nous pouvons travailler pour éviter ces effets négatifs.

Plus sur la peur
  • Bien que les premières étapes de la peur ont aidé les gens surmonter les obstacles et ont aidé dans des situations de survie, les effets à long terme peuvent être débilitantes. Les gens ont perdu capacités mentales et sont devenus vaincre par la peur.
  • La peur inhibe votre processus métabolique: Votre corps produit de la chaleur par la digestion des calories dans les aliments que vous mangez. Si cela est altérée, votre corps a un temps de réguler la température du noyau dur par temps froid. Ainsi, le début de l’hypothermie peut se manifester beaucoup plus rapidement. En métabolisant nourriture, votre corps crée de l’énergie qui peut être utilisée pour créer un abri, un signal pour le sauvetage, ou faire un feu.
    • La peur altère votre circulation: formation aux premiers secours de base met l’accent sur l’importance de l’ABC (voies respiratoires, respiration, circulation). Votre système circulatoire est comment votre corps se nourrit, fournit de l’oxygène aux cellules, élimine les déchets, et se tient chaud et froid. Par temps froid, le flux sanguin est le principal moyen par lequel votre corps maintient sa température périphérique, qui est automatiquement limitée par la réponse au stress du système nerveux sympathique (SNS). Compromettre la circulation met vos chances de vivre dans un tourbillon grave dans les climats chauds et froids. En outre, les chances sont bonnes que votre système circulatoire va déjà être compromise en raison de la déshydratation.
    • La peur altère votre jugement: Le bon jugement est votre numéro un outil pour prévenir ou traiter une situation de survie, en premier lieu. Pauvres appels de jugement, sans aucun doute, sont la marque de la plupart des accidents mortels en plein air. Événements tels que l’exclusion auditif, vision en tunnel, un comportement irrationnel, le gel en place, et l’incapacité à penser clairement ont tous été observés comme sous-produits de stress de survie. Faites tout votre possible pour vous détendre et vous calmer, rediriger vos énergies à partir des facteurs de peur.
    • La peur altère vos habiletés motrices fines et complexes: Bien que ces phénomènes ont été observés et documentés depuis des centaines d’années, et formellement étudié depuis la fin des années 1800, il ya très peu de compréhension par les chercheurs pour expliquer pourquoi le stress détériore les performances.
    • Il ya 3 catégories de mouvement du moteur ou de compétences:
      1. Brut: implique grands groupes musculaires – courir, sauter, pousser, tirer, poinçonnage
      2. Fine: la coordination œil-main – enfiler une aiguille, faire un mandala
      3. Complex: une chaîne ou série de mouvements – tir à l’arc, l’équitation au galop
    • Lorsque la motricité fine et complexe sont touchés, des choses comme frapper un match peut devenir presque impossible (cerveau fonctionne à un niveau plus basique). La motricité globale peuvent être effectuées très bien (plus facile, plus rapide à se rappeler en situation de stress). Emballez le matériel de survie qui est simple; noter que deux des quatre déficiences impliquent règlement de base de la température du corps. Le plus grand tueur de personnes dans le plein air est l’exposition.

Choc Bois 

 

Le syndrome a été nommé par William Syrotuck, et une étude plus approfondie a été réalisée par Kenneth Hill en Nouvelle-Écosse. Bien que l’étude du comportement des personnes égarées est une discipline relativement nouvelle et il ya beaucoup de variation, ce qui suit est une description des cinq étapes du choc de bois.

  1. Vous niez que vous êtes désorienté
  2. Vous paniquez quand vous admettez que vous êtes perdu
  3. Vous calmer et de former une stratégie
  4. Vous détériorez la fois mentalement et physiquement, que votre stratégie ne parvient pas à vous en sortir
  5. Vous résignés à votre sort que vous êtes à court d’options
Plus sur le choc bois

Syrotuck dit: « Qu’est-ce qu’ils décident de faire peut sembler irrationnel pour un observateur calme, mais ne semble pas aussi déraisonnable de la personne disparue, qui est maintenant totalement désorienté. S’ils ne sont pas totalement s’épuiser, ils peuvent éventuellement se prononcer sur quelque plan d’action. »

N’importe qui peut perdre, mais tout le monde ne peut survivre à l’expérience. « La chose la plus difficile est d’admettre que vous êtes perdu, » a déclaré Bill Antell, qui se rappelle encore les cinq nuits qu’il a passées dans les bois Breton en Nouvelle-Écosse il ya 30 ans.

« J’ai pensé que je me réveillais le lundi matin et je serais autour, » dit-il, « mais je ne parie pas trop le mardi. Je savais que je devenais plus fatigué, j’avais froid, j’étais mouillé, et Je savais que mon temps commençait à manquer. » Il a été sauvé. Une petite erreur de navigation lui a coûté 5 orteils.

En admettant que vous êtes perdu et faire ce que vous savez que vous devez faire dans la situation est un moyen d’éviter la procédure à travers les cinq étapes du choc bois.

S | T | O | P — arrêter, réfléchir, observer, planifier, et agir !

 

L’acronyme STOP (arrêter, réfléchir, observer, planifier et agir) souligne l’importance d’une attitude de survie qui implique des actions soigneusement planifiées plutôt que le comportement irrationnel basé sur la peur.

Plus sur S.T.O.P.

Il est très important de reconnaître que votre corps a seulement tellement d’énergie stockée, et qu’il est essentiel de passer cette énergie de manière efficace.

  • Restez où vous êtes: Les gens qui exercent après ils se perdent généralement obtenir loin de la piste et de gens qui cherchent pour eux. Dans la descente mène souvent à des ravins de drainage naturel, qui ont généralement très épais buisson, falaises et cascades expansif, rendant les déplacements et la recherche plus difficile. Rester put réduire la zone de recherche potentiel de SAR, parce que vous avez laissé un plan de voyage avec un ami, et ils vont savoir où commencer à chercher.
  • Utiliser des dispositifs de signalisation: un coup de sifflet, allumer un feu et de rester visible aidera les chercheurs à vous trouver. Aidez les chercheurs à vous trouver même si vous êtes gênés ou peur. N’oubliez pas que les animaux ne seront pas attirés par vos signaux. Les chercheurs peuvent également utiliser des avions ou des hélicoptères – de vous rendre visible pour eux.
  • Rappelez-vous que trois de rien, c’est le signal de détresse universel: (3 feux, 3 coups de sifflet, 3 coups de feu, etc.)
  • Sifflet: Le sifflet est beaucoup plus fort que la voix, utilise moins d’énergie, et porte sur une plus grande distance.
  • Mirror: Un miroir de signalisation est très efficace, et est responsable de plus de repérages d’avions que n’importe quel autre appareil. La meilleure est celle faite spécialement à cet effet. Il vous aide à «viser» le signal. Vous pouvez également utiliser le miroir sur votre boussole.
  • Fusées de détresse: Un pistolet lance-fusées crayon de bonne qualité peut envoyer un signal au-dessus des arbres dans une zone boisée. Il est également très utile pour le sauvetage de l’océan. visibilité de Flare dépend des conditions et de l’heure dans l’atmosphère. Ils devraient être utilisés seulement quand il ya une forte probabilité d’être détecté.
  • Incendie: Outre les autres avantages de survie du feu, il est un signal très efficace. La fumée est visible de loin. Un feu de signal doit être très enfumé, et est plus efficace si vous avez réellement construire trois feux en triangle au moins 30 mètres d’intervalle.
  • Une mise en garde sur les incendies: même en cas d’urgence, vous voulez garder un feu sous contrôle. Ne pas aggraver les choses en commençant par un feu de forêt. Il est bon de garder une réserve d’eau ou de sable sur la main, et de construire votre feu directement sur le sol minéral ou sur une base de billes vertes. Ne construisez pas votre feu à droite sous un arbre comme les étincelles qui pourraient enflammer les branches.
  • Sac en plastique orange: La raison de votre abri d’urgence personnelle doit être orange est pour la visibilité.
  • Symboles: Fait de pierres, des bâtons, ou dessinés dans le sable ou la terre, un « SOS » ou un grand «X» ou la flèche peut être très utile, surtout pour les recherches aériennes. N’oubliez pas de faire ces symboles dans une zone ouverte où ils sont le plus visibles. Si un avion est à son zénith, vous pouvez vous rendre mieux visible par la position couchée, les bras et les jambes (Fais-toi une «grande») tendus.
  • Importance d’aider les chercheurs: les enfants ont rapporté les effrayants « géants borgnes» (chercheurs dont les phares) qui marchait par eux pendant la nuit alors qu’ils se cachaient. On parle également d’être très embarrassé et ne répondent pas aux appels. L’importance de l’aide à votre propre sauvetage est clair. Même si votre orgueil est blessé, que ce soit un survivant !
  • Construire ou chercher un abri: Protégez-vous contre la pluie, le vent et le soleil excessif. Être aussi confortable que possible, mais quand il fait jour assurez-vous que vous êtes visible pour les chercheurs dans les hélicoptères ou les avions. Ceci est très important et peut être aussi simple que d’un sac en plastique avec un trou pour le visage, une bâche, une grotte de neige, ou un appentis construit avec des branches.
  • Il est très important de rester au sec et à isoler du sol froid. Cela est également possible à l’aide de branches, feuilles, etc Il ne peut être surestimée combien il est important de rester au sec – ce qui est essentiel pour éviter la perte de chaleur du corps !
  • L’erreur la plus commune: est la croyance d’un individu qu ‘«il ne pourrait jamais m’arriver» se résume comme ego. En étant préparé, vous pouvez profiter de votre voyage à l’extérieur indépendamment de ce que la nature jette à vous ! Ego joue dans l’embarras, ce qui entraînera certaines personnes tentent désespérément de sortir de leur propre chef, plutôt que d’attendre pour les chercheurs. Il en résulte une augmentation de la zone de recherche, en utilisant jusqu’à l’approvisionnement en carburant de l’organisme et peuvent se retrouver dans les blessures à la tentative de panique de sortir.

Navigation

James Graham, un forestier de longue date et membre de Kettle Valley, Britich Britannique SAR, a travaillé de nombreuses années dans la brousse et passe beaucoup de temps en piste, moins sauvage. Interrogé sur son équipement de survie préféré, il a répondu: « Sans aucun doute l’équipement de navigation et de la connaissance (une boussole, carte topographique, altimètre, montre et une connaissance approfondie sur la façon de les utiliser). Cet équipement et les connaissances m’a sauvé de se perdre en d’innombrables occasions quand je suis à plusieurs kilomètres de la route ou le véhicule le plus proche. Connaître, à tout moment, où vous êtes par rapport à votre point de départ est, à mon avis, le facteur le plus crucial pour éviter une expérience désagréable ou menaçant la vie en plein air. »

Ses nombreuses années d’expérience et ses propres appels de proches justifier ses choix.

« J’ai passé des nuits non planifiées dans les bois dans des conditions humides et froides. Je suis devenu temporairement perdu de nombreuses occasions. J’ai été blessés dans les bois à plusieurs kilomètres de l’aide. A chaque fois, j’ai pu me sauver avec la utilisation de ma boussole, carte et altimètre. J’ai également été impliqué dans la recherche de personnes perdues. »

Il nous donne également quelques conseils de navigation:

  • Le concept de « main courante » est cruciale. Ce concept consiste à maintenir une fonction linéaire sur le terrain qui est parallèle à la direction de votre déplacement en vue de vous aider à naviguer.
  • Il est essentiel de maintenir un vrai sens de l’endroit où vous avez été et où vous allez par rapport à votre point de départ et la carte que vous portez. Cela nécessite l’utilisation constante de votre carte, une boussole et un altimètre tout au long de la journée car il peut être très difficile de vous localiser sur votre carte si vous perdez votre sens de l’endroit où vous êtes, surtout si vous êtes sous fermeture complète du couvert dans les bois.
  • Une montre altimètre vous permettra de savoir à peu près où vous êtes, même si la visibilité tombe à zéro, au moins sur une ligne d’élévation de restreindre les possibilités d’un grand nombre de quelques-uns.
  • Ne comptez jamais exclusivement sur l’électronique GPS en raison du risque de défaillance de l’équipement.

Il est important de reconnaître que les appareils électroniques ne remplacent pas les cours de préparation aux situations d’urgence et de déposer un plan de voyage.

Un bénévole SAR rappelle un été à travailler dans un parc avec une cabane de randonnée populaire. Un groupe a parcouru à ce jour, l’intention de rester à la cabane. Ils étaient lents, et que l’obscurité tombait, ils ont vu un signe pour un camping d’urgence. Pensant qu’ils étaient encore loin de la cabane, ils ont dormi là-bas. Ils avaient des sacs, mais pas de tente de couchage.

Le lendemain, quand ils sont arrivés à la cabane après dix minutes de randonnée, ils étaient furieux parce qu’il n’y avait aucun signe en leur disant qu’ils étaient si près de la cabane. Ils ont été frustrés qu’ils auraient pu rester dans une cabane au chaud au lieu de camper. Je leur ai demandé s’ils avaient une carte avec eux. Oui, ils l’ont fait. « Eh bien, » je l’ai dit, « si vous avez regardé vous auriez su que la proximité de la cabane était. » C’est ce que je veux dire au sujet de savoir comment utiliser les outils dont vous disposez. 

« Ne comptez pas sur les gadgets.  Beaucoup de gadgets ont été trouvés sur les corps. »

 

SAR en Canada

Au Canada, nous sommes privilégiés d’avoir Au Canada, le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux partagent la responsabilité en matière de recherche et de sauvetage. Chacun a autorité sur son territoire de compétence, et tous les gouvernements forment ensemble le Programme national de recherche et de sauvetage (PNRS). Le Secrétariat national de recherche et de sauvetage (SNRS) est responsable de la politique du PNRS, la planification, coordination et des rapports du PNRS.

Trois Centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage (CCCOS) sont établis pour coordonner les interventions de recherche et de sauvetage aéronautiques et maritimes. Les CCCOS sont intervenus dans 10 000 incidents en 2012. Les opérations étant de gravité variable, environ 25 000 personnes ont reçu une forme quelconque d’assistance.

La plus grande administration au Canada pour la recherche et le sauvetage au sol et dans les eaux internes est celle des provinces et des territoires. Le niveau de participation du gouvernement varie dans l’ensemble du pays, mais un grand nombre d’organisations des mesures d’urgence participent activement à la coordination, l’instruction et l’évaluation du PNRS. La responsabilité des interventions de première ligne en recherche et sauvetage est généralement déléguée par les gouvernements provinciaux et territoriaux et les administrations municipales à leurs services de police respectifs. Parcs Canada est responsable des services de recherche et de sauvetage au sol et dans les voies d’eau intérieures dans les limites des parcs nationaux. Il y a plus de 5 000 opérations en recherche et sauvetage terrestres au Canada chaque année.

Alors que la nature et l’endroit d’un incident R-S déterminent la responsabilité, la R-S est fréquemment multigouvernementale. Les ressources en recherche et sauvetage provinciales et territoriales apportent souvent un complément important aux ressources fédérales parce que beaucoup d’opérations en recherche et sauvetage aéronautiques et maritimes nécessitent l’assistance de ressources terrestres. Souvent, les ressources fédérales aident aussi pendant les opérations en recherche et sauvetage au sol et dans les eaux intérieures en offrant les meilleures ressources possibles à ceux qui sont dans le besoin.

L’aide des bénévoles est essentielle au système de recherche et de sauvetage du Canada. Ils fournissent une ressource compétente et organisée qui est souvent sollicitée lors des opérations en recherche et sauvetage, et ils aident à élever la sensibilisation pour prévenir les incidents R-S parmi l’ensemble de la population. Les bénévoles en recherche et sauvetage au sol sont organisés en équipes accréditées et, dans plusieurs cas, en associations provinciales. L’Association canadienne des volontaires en recherche et sauvetage (ACVRS) est l’organisme national qui représente les bénévoles en recherche et sauvetage au sol et dans les eaux internes.

Ces volontaires assistent la police et les organisations des mesures d’urgence en effectuant une intervention de première ligne et en offrant des programmes communautaires de sensibilisation pour la prévention d’incidents en recherche et sauvetage.

Les répondants bénévoles consacrent plus de 400 000 heures de leur temps aux appels de demande d’intervention, et chose étonnante, 95 pour cent de leurs sujets sont retrouvés durant les premières 24 heures.

En cas d’urgence

Ne paniquez pas

Restez calme et gardez une attitude positive

ARRÊTEZ

Arrêtez-vous, pensez, observez et planifiez.

Restez sur place

Cette action réduit le temps et la zone de recherche des autorités qui vous recherchent.

Cherchez un abri

Protégez-vous des intempéries en restant au chaud et au sec.

Appelez à l'aide

Pensez GRAND, pensez CONTRASTE, pensez 3. Utilisez les coups de sifflet x 3, les flashs de miroir x 3, les coups de klaxon x 3, un signal de feu x 3 ou les amas de pierres x 3 pour signaler la détresse. Créez un symbole sol-air en faisant la lettre « V » ou « SOS », d’au moins 3 mètres de long.

Sujets relatifs à la sécurité

Participez à ce projet

Devenez un animateur*

*Pour devenir animateur avec AdventureSmart, les individus doivent être associés à un organisme.

Demandez une présentation